[Arolavie] Chapitre 1 - Garder la frontière
Section uniquement dédiée au jeu

Avatar de l’utilisateur
Nailseater
Messages : 256
Inscription : 01 avr. 2016, 00:34
Localisation : Montpellier

Re: [Arolavie] Chapitre 1 - Garder la frontière

par Nailseater » 27 juil. 2017, 11:23

L'arrivé dans la salle du cœur fut impressionnante pour Jasna. Mais elle se sentait guidée et avait foi en sa réussite. La bataille fut rude. La prêtresse n'en voyait pas la fin. Elle tapait sans relâche, prenant les coups des multiples tentacules qui défendaient le monstre du chancre.
Elle tapait encore et encore, donnant à chacun de ses coups le nom de ceux qu'elle voulait sauver. Gaspardin. Yardan. Un coup supplémentaire. Terderic. Combien de temps cela durait-il ? Ludmilla. Papa. Maman. C'est dans un excès de rage que la guerrière acheva le coeur. La jeune femme transpirait par tout les ports de sa peau, les multiples blessures marquaient son corps, mais un sentiment d'accomplissement l'accompagnait.

Quand elle sorti de la salle, elle suivit ses compagnons dans le temple. Les discussions allaient bon train, la fatigue aussi. Une fois sure que Milla allait bien, Jasna tenta de se concentrer, de méditer, de se reposer. Elle entendait plus qu'elle n'écoutait les conversations. Les yeux perdus dans les flammes, elle ressentait la présence d'Aresiel et conversait à sa façon avec lui.

Au bout de quelques minutes, la prêtresse se joignit à ses camarades quand il commença à être question d'habiller Ludmilla. Amusée, la jeune femme se contenta de d'observer la scène, contente de voir que Milla s'était fait une amie. Elle se rapprocha de Levko, un peu embarassée :

- Merci pour ce que tu as fait pour Tauron. C'était quelqu'un qui semblait honnête et gentil. Il ne méritait pas ce qu'il lui est arrivé, quoi que ce soit. Le mieux que nous puissions faire est de sortir d'ici et d’arrêter les trafics qui ont lieux dans cette mine.

Après leur échange, elle se trouva un coin près des flammes et s’allongeât. Un repos devenait plus que nécessaire. Ses muscles endoloris hurlaient et la fatigue pesait de tout son poids sur la guerrière.

Jasna Guerrière 1 Prêtresse 1
PV : 21 Actuels : 21
Combat :
Attaque : +6
Dégâts : hache d'armes 1D8+4 | 1D10 + 4
C.A. 17
Mineur : Flamme sacré|Lumière|Assistance
1 : Bénédiction|Bouclier de la foi|Mot de guérison | Blessure* |Simulacre de vie*

Avatar de l’utilisateur
Soulnight
Messages : 438
Inscription : 04 avr. 2016, 18:30

Re: [Arolavie] Chapitre 1 - Garder la frontière

par Soulnight » 03 août 2017, 16:58

Ignir toujours heureux d'être ici, voyant cette complicité entre les personnes qu'il n'avait vu nulle part. Dans les guildes des voleurs qu'il avaient fréquenté, ces interaction étaient souvent feinte pour monter en grade. En même temps, qui voulait être amis avec un demi-démon ? Mais ici, la troupe était tellement hétéroclite, qu'il avait enfin une place parmi les autres.

"Dormons, demain sera un autre jours. Il nous faudra persévérer encore pour que ce ne soit pas le dernier. Un tour de quart serait aussi le bienvenu, ainsi tout le monde pourrait dormir sur ses deux oreilles sachant que l'un de nous veille à notre sécurité. Qu'en pensez vous les chef de manicle ?"
Ignir Errin, Tieffelin Roublard 1 Rôdeur 1 / Pv 7/16

"Un dés pour les meujeter tous, une table pour les réunir. Un dès pour les faire jouer et dans le jdr les lier."

Avatar de l’utilisateur
Edzart
Messages : 567
Inscription : 31 mars 2016, 16:52

Re: [Arolavie] Chapitre 1 - Garder la frontière

par Edzart » 06 août 2017, 19:46

Après avoir fini mes exercices de concentration, mes entraînements mentaux et d'avoir terminé ma prise de notes sur les sortilèges, j'hésitai une seconde à me relever pour travailler les passes d'armes que m'avait enseigné Levko. Malheureusement, mes jambes n'étaient plus capables de me soutenir et sans même m'en rendre compte, je sombrait dans le sommeil emmitouflé dans la chaleur rassurante du feu de la forge.

Le lendemain, j'émergeais du sommeil comme d'un cocon gluant et étouffant. Je respirai à plein poumons, comme si j'étais en train d'étouffer. La chaleur s'était apaisée. La lumière était discrètement devenue plus timide. Les ombres que projetaient les flammes étaient comme verdâtre. Mes compagnons dormaient à poing fermé, mais quelque chose me gênait. Inulectablement attiré vers le plafond, mon regard vint se heurter à la vision des pierres supérieures se craquelant sous la pression d'une force inconnue. Me levant pour observer ce phénomène de plus près, je posai une main dans quelque chose d'étranglement humide. Sous ma peaume se trouvait une chaire poisseuse... Un cocon... Chancreux. Le souffle coupé je regardai encore une fois le plafond, comprenant enfin. À travers les fissures qui le lezardait, s’insinuait une fange chanceuse, animée par une intelligence malsaine. Je me levai en hurlant, mais aucun des autres ne réagit. Les yeux écarquillés de terreur, je retournai Jasna qui reposait non loin, mais alors que sa carcasse me fit face, seul des yeux morts, vides, me fixèrent. Tous n'étaient plus que cadavres et j'allais les rejoindre, digéré et transformé par le cancer putrefiant du monde. Je hurlai.

De l'air. J'aspirai l'air comme si j'allais me noyer, ouvrant grand les yeux, assis sur ma paillasse, un filet de sueur glissant le long de mon dos.
Aleksandr Novgarad, l'Informe - Humain niveau 2 - Mage de guerre
PV :19/19 - DV : 2d8/2d8
Sorts :
Niveau 1 : 3/3

Flèche de feu -Distance- +5 (1d10 dégâts de feu) - Enflamme les objets inflammables non tenus

Avatar de l’utilisateur
Etmer_Fachronies
Messages : 441
Inscription : 31 mars 2016, 21:07
Localisation : Tour des Murmures, en Fachronies

Yardan - Forge sacrée - De robes et d'atelier couture

par Etmer_Fachronies » 06 août 2017, 21:01

Toujours assis sur le sol à proximité de l’endroit où Ludmilla était allongé, Yardan méditait. Ses yeux fixés droit devant lui, sans vraiment voir le mur de pierre qui lui faisait face, l'adepte du Souffle laissait l’harmonie reprendre possession de son corps et de son âme, ainsi que le commandait le sixième Mouvement. Lentement, il inspirait puis expirait profondément, essayant d’arracher son esprit à l'immédiateté de la Forge sacrée, où lui et ses compagnons se trouvaient.

Les derniers échanges avec ceux-ci l’avaient rassuré. En dépit de la mort du druide et de la perte de son chien, revoir les membres de la seconde manicle presque au complet avait été un soulagement. A ne point en douter, une telle coïncidence sur le tissu du Grand Tout était chose trop belle pour ne pas avoir été manœuvrée par un concourt divin. Draaz et Forgeron, dans Leurs grandes volontés, avaient œuvré pour que les choses soient ainsi.

Les efforts des deux manicles combinés, ils avaient tous su se montrer dignes de l’Epreuve du Jour imposée par la Grande Roue. C’était là une prouesse qui emplissait le moine de joie. Mais les périples du lendemain allaient s’avérer redoutables, car les séides du Serpents, orphelins après leur récent coup d’éclat, allaient tout faire pour leur barrer la route.

Aussi, quand l’Eveillée Jasna était allée s’allonger plus loin dans la salle, Yardan avait jugé opportun d’entamer sa méditation.

Mais un éclat de rire, que Yardan aurait reconnu entre mille, vint faire voler sa concentration en éclat. De toute évidence, ce n’était pas encore l’heure pour son esprit de parcourir les volutes de l’éther.

Soupirant, le moine se retourna. Au fond de la salle, Ludmilla riait, faisant tourner une robe aux couleurs vives devant l’elfe magicienne, la dénommée Caliobé. Les deux femmes semblait follement s’amuser, un peu à l’écart du reste de la troupe qui commençait à prendre ses dispositions pour la nuit à venir.

Yardan observa un instant les deux femmes en silence, un demi-sourire aux lèvres. Il était partagé entre l’agacement de voir son début de méditation si facilement interrompu, et l’étrange sentiment de bien-être qui le saisissait désormais à chaque fois qu’il était question de l’ordonnante Ludmilla. Le moine avait vaguement conscience que les deux phénomènes étaient liés, en quelque sorte, mais sa réflexion ne s’étendait pour l’heure guère plus loin. Le sentiment de contentement l'emporta, et il se contenta de hocher la tête, satisfait de voir la jeune femme de nouveau souriante après avoir frôlé la mort de si près.

Puis il nota un détail qui le choqua, et son sourire s’effaça. Sur la peau de l’ordonnante, là où Gaspardin avait imposé ses mains, des gouttes de sang perlaient des ex-blessures béantes qu’il avait clos. De toute évidence, les lésions profondes avaient été curées par la magie du paladin, mais les plaies n’étaient peut-être pas entièrement refermées. Et comme la douleur avait été ôtée par l’intervention divine, la guerrière ne ressentait sûrement pas les tiraillements de ses chaires en cet instant.

Avant même d'avoir pu réfléchir, le moine était déjà sur ses jambes, et s’avançait ers les deux femmes.

- Ordo… Ludmilla, entama-t-il, le Dieu-Dragon m’en soit témoin, interrompre joie partagée est chose qui ne me sied guère. Mais nécessité est mère d’action, aussi me dois-je de briser la liesse présente. Mes yeux n’ont su mentir, aussi ai-je noté sur ton corps article pressant à considérer. Puis-je me pencher sur tes blessures ?

Il nota le teint rosissant de la jeune femme, mais comme elle ne l’interrompit pas, il effectua son inspection.

- Hum, c’est bien ce que je craignais. Ordonnante, Gaspardin a bien traité cœur du martyr qui est tien, mais surface reste à panser. En de rares occasions, il me faudra user de fil pour refermer tes plaies, je le crains.

Observant la robe rendue à l’arcaniste, l’adepte du Souffle eut une idée. Il regarda l’elfe troublante droit dans ses yeux rieurs, et la questionna calmement :

- Dame Caliobé, sachez que mes simples et mes ustensiles de cure m’ont été ravis. Je le regrette, mais ce fut acté lors de notre asservissement. Aussi, je me dois d'humblement vous mander matériel. Vous disposez là de tissus, la Grande Roue vous aurait-elle induit à posséder fil et aiguille de surcroit ?
Les Aigles d'Arolavie : Yardan, adepte du Dieu-Dragon - Moine de niveau 3 - PV 24/24 (3d8) - Points Ki 3/3

Mon blog fantasy des Fachronies

Avatar de l’utilisateur
Pwyll
Messages : 165
Inscription : 26 mars 2017, 14:33

Caliobé - Le type en sandalettes veut déchirer ma robe ?

par Pwyll » 07 août 2017, 17:24

Caliobé écouta d'abord d'une oreille distraite, puis, très rapidement, dut se concentrer pour comprendre ce que racontait Yardan. Elle avait déjà croisé de drôles de types, mais lui mettait la barre très haut en termes de discours tue l'amour. La pauvre Ludmilla...

La sorcière s'adressa au moine alors courbé au-dessus de Milla, scrutant les chaires meurtries du dos de la guerrière dont les flammes de la chevelure faisaient passer le brasier de Forgeron pour un réchaud de campagne.

- Yardan, cher ami, briser la liesse est une chose, mais attention de ne pas sombrer dans le cassage de pieds.

L'expression du visage de Caliobé passa instantanément d'une certaine dureté à une douceur presque langoureuse. Sa voix se fit plus basse, de sorte que la discussion ne sorte pas du cercle restreint formé par elle et les deux benêts de l'amour.

- Votre dévouement pour le corps de Ludmilla est appréciable et, j'en suis sûre, apprécié. Mais un garçon comme vous, aussi terre à terre, je dois dire que c'est un peu décevant. Votre Grande Roue ne vous amène-t-elle donc jamais la tête dans les nuages ?

Ne laissant pas le temps au grand dadais de réagir, elle saisit délicatement, du bout des doigts, le menton bien dessiné de Milla pour attirer l'attention sur son visage.

- Sachez voir un peu plus loin et un peu plus près. Regardez ces yeux, Yardan, elles sont ici les étoiles. Et un petit commentaire sur l'effet que donnerait cette robe sur votre... "Ordonnante" (Caliobé retint un gloussement) lui aurait fait autant de bien que vos pansements.

Sentant que les deux godiches risquaient à tout moment de se retourner contre elle pour échapper au risque d'avoir à se parler l'un l'autre, Caliobé mit sa main en avant pour signifier qu'il n'était pas le peine de lui rétorquer quoi que ce soit.

- Pour ce qui est de découper ma robe... que dire, je dois bien avouer que vos goûts vestimentaires ne sont pas votre point fort, surtout les sandalettes en cuir, franchement. Mais bon, faites-en ce que vous voulez et voilà le maigre nécessaire de couture à ma disposition. Bonne nuit les loulous.

Sur ce, la demi-elfe laissa robe, fil et aiguille puis s'éloigna pour prendre ses quartiers de nuit.
Gaspardin Pied-Devant, Halfelin Paladin du Corbeau niveau 3.
PV : 28/28
Caliobé, Melessë Sorcière niveau 3
PV : 24 + 8 PV temporaires 0 sort utilisé sur 2

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Messages : 530
Inscription : 07 avr. 2016, 14:09
Localisation : Arlon, Belgique

Milla - j'imaginais pas mon premier rendez-vous comme ça...

par Casaïr » 08 août 2017, 11:50

"Ne t'inquiète pas, répondis-je au tiefelin, personne ne peut entrer ici sans l'aval de Forgeron. Cet endroit est plus sûr que n'importe quel autre bastion."

Poir ma part, je soupirai en constatant que ce petit jeu d'habillage n'avait même pas provoqué un quelconque frémissement sur le visage de Yardan et pensai à me coucher quand enfin il s'approcha de moi. Son air sérieux -enfin, plus sérieux que d'habitude- fit accélérer mon cœur au delà du raisonnable alors que je me prenais à imaginer n'importe quoi. C'est tout juste si j'entendis ses mots lorsque je lui répondis dans un état second :

"Je suis toute à toi."

Mon visage me brûla aussi sûrement que si je l'avais plongé dans la forge qui ronflait toujours d'aise, alors que je prenais conscience avec horreur du double sens de mes propos tout en cherchant à me reprendre.

"C'est pas ce... ! J'veux dire que je confie mon corps à tes soins !"

C'était encore pire et l'impression de courir droit dans un mur sans pouvoir m'arrêter m'assailit sans que je puisse y faire quoi que ce soit. En cet instant, je devais produire plus de chaleur que les flammes sacrées du temple. J'aurais voulu me cacher dans un trou de souris tellement je me sentais honteuse.

L'intervention de Caliobé fût d'abord un soulagement jusqu'à ce que je réalise qu'elle en rajoutait une couche.

Pourquoi s'approche-t-elle de moi? paniquais-je, et pourquoi elle m'aggrippe le... ? Et qu'est-ce que mes yeux viennent faire dans cette histoire ? Et quelles étoiles ?!

Je me raccrochai à son commentaire sur l'absence de mot gentil quant à l'effet que pouvait bien avoir la robe sur moi, comme s'il s'agissait d'une planche de salut, avant de comprendre qu'elle repartait à la charge sous un autre angle et parlait de la déchirer. Garce.

"NONONONON ! Inutile d'en arriver là, je peux l'enlever toute seule !!"

Dans l'hystérie qui m'habitait désormais, j'avais sans doute un peu trop haussé le ton. D'accord, j'avais carrément hurlé mais cela n'avait heureusement réveillé personne. Du moins je l'espérai.

Je profitai du fait que Yardan suive la demi-elfe pour me tourner, enlever la robe le plus rapidement possible -bon sang, pourquoi y a-t-il autant de rubans et de boutons ?!-, m'agenouiller et ramener mes cheveux pour dégager mon dos, le tout à une vitesse défiant l'entendement malgré mon état. Quand il revint et posa une main sur moi, je ne pus réprimer un frisson en sentant la chaleur bienfaisante qui en émanait. Je me rendis compte qu'il serait le premier homme à toucher ma peau sans intention de me blesser. Enfin le deuxième si je comptais les soins magiques de Gaspardin mais c'était à travers l'armure, ça ne comptais pas vraiment, non ?

Je me détendis progressivement, appréciant ce contact même s'il ne faisait que soigner mes blessures. Le sourire narquois de Caliobé revint me taquiner comme pour me demander : "Et après ? Tu es pratiquement nue, ce serait dommage de s'arrêter en si bon chemin..."

Foutue imagination galopante !
Ludmilla
Guerrière niveau 2
CA : 18 (cotte de mailles + bouclier) | Arme : hache (+4 toucher, dgts 1d8+2+1d6 (feu))
PV/dés de vie : 18/2D10 | Pv actuels : 9

Avatar de l’utilisateur
Soulnight
Messages : 438
Inscription : 04 avr. 2016, 18:30

Re: [Arolavie] Chapitre 1 - Garder la frontière

par Soulnight » 08 août 2017, 16:54

La réponse de Ludmilla sembla encore apaisé le Tieffelin, et la scène qui se passa ensuite entre Caliobé, Ludmilla et Yardan, le fit tout simplement sourire jusqu'aux oreilles. Et juste après le "cri" de Milla, il se mit à rire à gorge déployé.
La vue de la forte Ludmilla, rouge comme une tomate et celle de Yardan avec les joues rosissante était tout simplement hilarante, et Caliobé qui essayait de jouer les entremetteuses. Une soirée comme celle là, les feraient surement oublier les horreurs à l'extérieur du temple.
Ignir Errin, Tieffelin Roublard 1 Rôdeur 1 / Pv 7/16

"Un dés pour les meujeter tous, une table pour les réunir. Un dès pour les faire jouer et dans le jdr les lier."

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité

Nous sommes actuellement le 19 août 2017, 20:28